Réutiliser ces déchets alimentaires, une pratique écologique, économique et bonne pour la santé

Une des techniques pour réduire la taille de sa poubelle, est de réutiliser ses déchets alimentaires en leur donnant une seconde vie. C’est une solution très économique puisque les produits créés ne coûtent plus rien. Cela peut aussi permettre de bénéficier des vertues des aliments souvent oubliées. 

Voici une liste d’idée non exhaustive pour tous les goûts et facile à mettre en place :

Les épluchures de légumes

sur la base de fruits/légumes bio pour éviter un maximum les pesticides sur les produits alimentaires.

La peau de la plupart des légumes bio peut se consommer mais faute de goût ou de recettes exigeantes, les épluchures nettoyées peuvent s’offrir une seconde vie plutôt qu’un tour direct au compost. Ces idées sont conseillées pour les aliments bio uniquement car si les fruits et légumes sont traités aux pesticides, ces derniers sont alors concentrés dans la peau et ne sont pas bons pour la santé.

 

  • Les épluchures de pomme de terre et de carotte font de très bonnes chips pour l’apéritif en les grillant au four ou à la poêle avec un peu d’huile et de sel. 
  • Les fanes de carotte, de betterave et de radis coupées bien fines sont très bonnes consommées en pesto, en soupe, dans les quiches, les cakes salés ou encore cachées dans une poelée d’épinard ou de blette.
  • Pour les âmes d’artiste ou fans de DIY, certaines épluchures permettent de teindre naturellement les tissus. Les peaux d’oignon donnent une couleur nude/rosé et les fanes de carotte un jaune pâle.
  • Le jus de cuisson des betteraves peut à son tour colorer l’eau de cuisson des pâtes et du riz ou être ajouté directement dans les préparations de cake, pâte à tarte, seitan, … pour des plats plus colorés.
  • Les graines de courge, toujours bio de préférence, sont parfaites grillées au four ou à la poêle pour l’apéritif,  ou ajoutées dans les granolas et parsemées sur des cakes et du pain, avant cuisson. Les plus petites seront très bonnes telles quelles tandis que les plus grosses auront peut-être besoin d’être décortiquées avant d’être cuisinées.
  • Le vert de poireaux n’a pas parfois la côte. Il est pourtant tout aussi délicieux que le reste du poireau. Il nécessite une cuisson plus longue que les parties blanches. Il faut donc ajouter le vert avant le blanc lors de la cuisson en fondue par exemple. Il est aussi parfait dans les sautés asiatiques pour son croquant. S’il n’est définitivement pas à votre goût, ajoutez-le à une soupe mixée, votre bouillon ou en bouquet garni pour parfumer vos mijotés. Sachez que l’on peut même frire les racines. Tout est bon dans le poireau !
  • L’idée la plus simple est de faire un bouillon. Pour cela, beaucoup d’épluchures sont nécessaires (bien penser à les laver avant!). La peau des oignons, de l’ail, celle des courgettes, des carottes, des pommes de terre, des aubergines, les feuilles de choux et choux fleur, les restes de peau de pied de brocoli (l’intérieur du pied est tout à fait consommable), les tiges de fenouil… À peu près tout peut faire l’affaire.
    • Comme tout le monde ne cuisine pas 5 légumes différents et en quantité d’un coup, l’astuce est de les accumuler dans un récipient au congélateur au fur et à mesure. Les épluchures sont ainsi bien conservées et une fois le récipient plein, les faire bouillir dans de l’eau (laisser 1 cm pendant 1h. Le bouillon maison prêt à la consommation après filtration.
    • Pour une soupe de vermicelle, des ramens, la cuisson du risotto, les utilisations sont infinies ! Les plus gourmets choisiront des associations précises pour rehausser leurs plats avec, pourquoi pas, des herbes aromatiques et des épices.
    • Le bouillon pourra alors procurer des notes asiatiques, orientales ou du terroir. Par exemple, un bouillon monochrome d’asperge ou d’artichaut afin de cuire des pommes de terre dedans et réaliser de délicieux veloutés.

Les épluchures de fruits

De la même façon que les légumes, la peau des fruits a encore beaucoup de vitamines et goûts à offrir, alors pourquoi s’en priver ?

  • Les épluchures de pomme (et de fruit en général d’ailleurs) donnent un très bon vinaigre macérées trois semaines à l’abris de la lumière et température ambiante dans de l’eau sucrée (1 cuillère à soupe de soupe pour 230 mL d’eau). Après filtration, le vinaigre pourra déjà être consommé et affinera tranquillement son goût de cidre au réfrigérateur.  

  • Les épluchures de pomme comme de poire pourront aussi être transformée en chips au four ou déshydrateur. Elles peuvent être dégustées directement ou infusées dans de l’eau bouillante pour une tisane, et pourquoi pas, pour de la pâtisserie ?

  • La peau des agrumes promet de multiples possibilités. Les zestes frais ou séchés agrémentent les plats, les pâtisseries, les tisanes ou peuvent aussi aromatiser le vinaigre ménager. Les écorces d’agrumes confits feront aussi des merveilles dans les cakes, les brioches, enrobés de chocolat mais aussi les plats salés comme le tajine au citron, de quoi donner faim.

Les coquilles d’oeufs

  • Le calcium des coquilles d’oeuf sont très intéressantes comme engrais naturel pour les plantes, en faisant pousser les semis directement dans une demi coquille avec un peu de terre. Mais son intérêt nutritif peut aussi être exploité en complément alimentaire après les avoir nettoyés, bouillis, séchés et broyés en poudre. Ajouter la poudre dans la terre de vos plantes autant que dans vos yaourts pour bénéficier de ses bienfaits !
  • Les coquilles d’oeuf broyées sauveront aussi les poêles et les casseroles brûlées car elles ne sont pas abrasives mais très efficaces pour décoller les traces résistances. En poudre ou simplement en petits morceaux grâce à vos mains, les frotter sur les tâches de sucs brûles résistants à l’aide d’une éponge naturelles ou autres outils de nettoyage éco-responsables de préférence.

Le marc de café

Après avoir dégusté son café bio à cafetière italienne ou à piston de préférence, le marc se conserve après avoir séché ou au frigo dans un récipient drainé (quelques trous au fond d’une boîte font l’affaire) pour éviter la formation de moisissure.

Il peut être utilisé comme fertilisant dans les plantes, saupoudré à la surface de la terre au pied des plantes, comme répulsifs à fourmi, utilisé en barrière avec pourquoi pas de la cannelle et du sel qui les repoussent aussi, ou encore pour rattraper une rayure sur le parquet, en frottant le marc directement dessus avec un torchon ou une éponge (la couleur du café se répendra dans la rayure).

La caféine restante dans le marc est aussi très bénéfique pour la peau grâce à un masque ou un gommage du corps et du visage. Elle agit sur la cellulite et les varices en réactivant la circulation sanguine. Le café est aussi source d’anti-oxydant, ravivant la jeunesse de la peau. En masque directement poser sous les yeux (et même tout le visage) 10 minutes ou plus, il peut  aider à réduire les cernes. Enfin, il procure une exfoliation douce et agréable par son odeur et le rendu lisse de la peau après utilisation : frotter directement le marc sur le corps et visage avec les mains en faisant des mouvements circulaire doux. Attention à rien rincer à l’eau pour ne pas tâcher les serviettes.

 

Pour aller plus loin dans la démarche, plongez vous dans la lecture de “Les épluchures : tout ce que vous pouvez en faire : cuisine, jardin, beauté, soins” de Marie Cochard.